entretien avec emanuel gat

Danse de la Terre et danse des Hommes
« Rien de religieux, mais Emanuel Gat a de toute évidence un rapport fort au sacré ». Libération, Marie-Christine Vernay, 26 juin 2013

SACRE

Le Sacre du Printemps. Igor Stravinsky, le compositeur et chef d'orchestre russe de musique moderne, est à l'origine du Sacre du printemps. Dans la Russie qui s'ouvre alors vers l'Occident, il se veut, comme d'autres artistes, attentif aux racines slaves. « J'entrevis dans mon imagination le spectacle d'un grand rite sacral païen: les vieux sages, assis en cercle, et observant la danse à la mort d'une jeune fille qu'ils sacrifient pour leur rendre propice le dieu du printemps », note-t-il dans ses chroniques, alors qu'il travaille sur L'Oiseau de feu, en 1910.
 

Avec Emanuel Gat. Ce  "Sacre du Printemps" est hors du commun. Trois femmes et deux hommes s'entrecroisent dans un ruban de Moebius dansant, évoluant par des passes de salsa et de swing. À toute allure, les couples se forment, chaloupent et se brisent pour changer
de partenaire sans que le mouvement ne s’arrête, composant une chaîne ininterrompu au point que l’on finit par ne plus repérer les interprètes.
Dans ce tourbillon, on perçoit avec acuité, la pulsion de la musique de Stravinsky et les traits de peintures d’Emanuel Gat. Emanuel Gat est autant peintre que metteur en scène ou chorégraphe. II souligne ce que l’on pourrait ne pas voir … une main, un pied, un saut. 
Tout est beau et dangereux, dans cette partie de chasse moderne, où
le suspense reste vif : les hommes désignent une élue alternativement, pour
mieux faire monter l’angoisse jusqu’au choix final.

 

GOLD

Variations Goldeberg. Les Variations Goldberg constituent une œuvre pour clavecin composée par Johann Sebastian Bach. Elles sont initialement destinées au clavecin à deux claviers, l'usage fréquent de croisements de mains rendant leur interprétation difficile sur un seul clavier. Selon la tradition, elles furent commandées au compositeur par le comte Keyserling pour distraire ses longues nuits d'insomnies, et pour l'accompagner jusque dans les bras de Morphée. Peut-être Johann Gottlieb Goldberg, l'apprenti claveciniste et élève extrêmement doué de Johann Sebastian Bach a-t-il joué ces Variations à son maître le comte ?

Avec Emanuel Gat. « Gold» utilise la chorégraphie comme méthode d’articulation d’une pensée par l’exploration des réseaux dynamiques et complexes des relations humaines. Elle permet une observation des individus, une étude de leurs conduites et comportements, tentant de révéler leurs motivations et les forces qui les régissent. Chez lui, la chorégraphie a tout d’un organisme vivant qui se faufile sur le plateau pour contaminer les corps et leur faire prendre des formes qui se relayent les unes les autres. Comme une tache d’huile qui glisse, se décompose et se recompose autrement mais dans une même énergie, le mouvement est sans cesse reconduit.

 

Retourner en haut de la page

S'inscrire à la newsletter Odyssud

Pour vous inscrire à notre newsletter,
veuillez renseigner votre adresse email :