Théâtre

Ce que j'appelle oubli Denis Podalydès / Laurent Mauvignier :

25 mars
Tarif C(de 16 à 28 €) / Salle Nougaro (20 chemin de Garric, Toulouse)

La mort d'un homme, roué de coups pour avoir bu une bière qu'il n'a pas payée. Un plaidoyer puissant contre l'oubli qui vaut acceptation de la violence ordinaire.

« On ne meurt pas pour ça », dit le procureur. On ne meurt pas pour avoir bu une canette de bière dans un supermarché sans la payer. Et pourtant un homme est mort sous les coups des vigiles à l’écart des rayons. Inspiré par un fait divers incompréhensible survenu à Lyon en 2009, Ce que j’appelle oubli est d’abord un texte fort et accusateur de Laurent Mauvignier que Denis Podalydès a choisi d'incarner et d’offrir à la conscience des spectateurs. Le texte ne raconte pas, n'explique pas, il tente de dire ce qui se refuse à toute compréhension. Il parle pour que l’on n’oublie pas, il s’insurge contre le silence qui accepte et il met des mots pour s’indigner. Et parvient, à force d’énergie, à rendre un souffle de vie à cette victime de l’horreur ordinaire.

Texte de Laurent Mauvignier / Mis en espace et interprété par Denis Podalydès (de la Comédie-Française) / Lumière Stéphanie Daniel

« Pas un mot ici qui ne soit interprétation. Le texte de Laurent Mauvignier est d’une rigueur de diamant. Fascinant à voir. » Le Figaro

Dans la presse

« Denis Podalydès est époustouflant. Courez-y si vous pouvez ! » France Inter

 

« Denis Podalydès s’empare avec retenue de cette phrase unique qui court sur 60 pages et en fait vibrer chaque mot, dans un silence quasi religieux. Une longue épitaphe transformée en beau geste théâtral. » Les Échos

25 mars
lun 25
17:00
lun 25
21:00
Durée : 1h
Salle Nougaro (20 chemin de Garric, Toulouse)
Vous aimerez aussi...
Retourner en haut de la page

S'inscrire à la newsletter Odyssud

Pour vous inscrire à notre newsletter,
veuillez renseigner votre adresse email :

CAPTCHA
Cette question sert à prévenir les soumissions de formulaire automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.